C’est l’été… Lisez !

Quelques-uns de nos coups de cœur…

BD, Japon
Maladroit de naissance, Yarô Abe, Le Lézard Noir (18€, février 2020)
Yarô Abe, inventeur de La Cantine de minuit, nous livre son enfance. Petit garçon maladroit, chétif et un peu décalé, il dessine à longueur de journée et apprend des chansons populaires sur son mélodica (enfin… celui de sa sœur !). Une famille aimante, un père drolatique (et presque toujours nu), des déceptions amoureuses, la région de Shimanto sur l’île de Shikoku : ces souvenirs tendres courent de l’an 40 de l’ère shôwa jusqu’à sa fin (1965-1980). Une quinzaine d’années faite de petits riens, ponctuée d’infimes déconvenues, emplies d’amour.
On retrouve la délicatesse du mangaka et l’attention bienveillante qu’il porte à la vacuité du quotidien. On se laisse happer par ces tranches de vie somme toute banales, contées avec malice. On se pelotonne dans l’amour débordant, quoique parfois prosaïque, d’un père pour son fils.
La poésie des jours heureux flirte avec la trivialité ordinaire (pets et ivresses sont à l’honneur). Yarô Abe, qui ne se donne jamais le beau rôle, intransigeant avec lui seul, et « maladroit de naissance », manie avec génie l’élégance du subtil et sublime la monotonie. Ça fait du bien à l’âme… et vraiment chaud au cœur.

Roman, Liban
Une baignoire dans le désert, Jadd Hilal, 12€, Elyzad, 2020
En librairie, il existe ce genre de rencontre : un petit livre semble avoir été posé là pour vous. Il vous attend, sans prétention, sans grands airs ni grand nom, sans bandeau aguicheur. Le titre vous amuse, la couverture vous embarque (il faut dire qu’elle est belle !), la quatrième ne vous dit pas grand chose, juste suffisamment pour sceller le pacte. Et hop, le voilà vôtre ! Pressé.e de découvrir cette acquisition impulsive, c’est sur un banc, dans un parc, en moins d’une heure, que vous consommez cette nouvelle relation… Qui risquera fort de vous trotter dans la tête un petit moment !
Une Baignoire dans le désert fait partie de ces petites merveilles inattendues dont la lecture suspend le temps. Il s’agit d’une fable philosophique, venue du fin fond d’un désert. L’histoire est simple : le petit Adel n’a jamais manqué de rien, sauf de vrais amis. Heureusement Darwin, un scarabée géant, et Tardigrade, un autre type d’insecte fabuleux, sortent de ses pensées et l’accompagnent, le veillent, le conseillent lors de ses longues journées solitaires. Lorsque la guerre éclate dans son pays, le petit garçon isolé se retrouve prisonnier des « Chabab-el-Sahra » (combattants du désert), opposés au « Chabab-el-tilal » (combattants des dunes). Pour convaincre le cheikh qu’il n’est pas complice de l’ennemi et s’affranchir de cette guerre absurde (laquelle ne l’est pas ?), Adel devra sortir de sa réserve d’enfant, et exercer son libre-arbitre. L’archétype du conte initiatique, donc ; une fable intemporelle sur le passage à l’âge adulte et le destin que l’on se forge (ou pas, si on regarde de plus près ces soldats apathiques qui « n’ont pas envie de se poser des questions », qui « errent comme des fantômes » et qui « attendent qu’on les prenne par la main »).
Il y a quelque chose d’Anouilh dans l’écriture d’Hilal, d’une poésie et d’une finesse sans fioriture. Comme sa lointaine cousine Antigone, Adel apprend à « dire non », avec plus de tendresse, de naïveté, sans tragique ni pathos. Sous le patronage bienveillant de Miles Davis, Jacques Prévert ou encore Hegel, le petit Adel façonne son chemin d’homme libre… ou presque, car comme nous le rappelle l’auteur en citant Christiane Baroche en exergue « Quitte à devenir le vassal que la vie parfois nous oblige d’être, choisis ton maître. »
Une pépite à mettre entre des mains petites ou fripées, qui vise l’universel et touche au cœur de notre identité.

Beau-livre, Indonésie
Mentawai. Les Sages de la forêt, textes et photos de Raymond Figueras, gravures de Loïc Tréhin, 22,90€, Elytis, 2020
Nombreux sont les voyageurs d’aujourd’hui à se poser la même question : existe-t-il encore des lieux reculés, préservés des trépidations du monde soi-disant « moderne » ? Que reste-t-il à explorer ? En racontant ses séjours sur l’île de Siberut, dans l’archipel indonésien, Raymond Figueras apporte la preuve que oui, certains peuples installés au cœur d’une nature indomptée persistent. Lui-même écrit avoir été frappé par « ces images d’un temps [qu’il] croyait révolu ». Et pour cause ! Les « hommes-fleurs » qu’il rencontre, le corps marqué par de nombreux tatouages rituels, n’ont pas renoncé à la vie quasi autarcique dans une forêt incroyablement nourricière : les branches deviennent des arcs, les roseaux des flèches, les fibres végétales des cordes, les bambous des pilotis de maison, sans oublier les fruits qui se mangent, les feuilles qui enveloppent les aliments à cuire, les fleurs qui ornent les cheveux…
Sous la plume précise de Raymond Figueras, on découvre en détails un quotidien occupé par les parties de pêche et de chasse, mais aussi les cérémonies chamaniques qui rythment leur existence. Un récit passionnant, magnifié par les splendides gravures (sur bois, bien entendu !) signées de Loïc Tréhin. Un bijou !

Visioconférence – La Chine face au covid-19

Jeudi 18 juin, 19h30

Wuhan, 15 avril 2020, © Gilles Sabrié

Photojournaliste, Gilles Sabrié vit à Pékin depuis une dizaine d’années. À travers un travail photographique saisissant, il témoigne de la vie quotidienne des Chinois, avec un regard aiguisé et engagé. Il s’est rendu à Wuhan juste après la pandémie de covid-19 : la mégalopole en transition reste marquée par les mesures sanitaires drastiques prises pour enrayer la pandémie.

Images à l’appui, en direct de Chine, il racontera ce qu’il a vu et vécu, et répondra à vos questions.

👉 Visioconférence gratuite, via Zoom.
Pour y assister, connectez-vous à 19h30 précises en cliquant sur le lien suivant : https://us02web.zoom.us/j/85203610784

Visioconférence – Des artistes portent la voix de SOS Méditerranée

Jeudi 11 juin, 19h30

avec les auteurs-illustrateurs François Place et Christophe Besse,
ainsi qu’Agnès Defrance, bénévole à SOS Méditerranée et co-initiatrice du projet « Ce qui reste de nous ».
Livre jeunesse solidaire, Ce qui reste de nous (éditions Le port a jauni, 2020) aborde l’exil tout en poésie. Il a été réalisé bénévolement par 38 écrivains et illustrateurs dans le but d’accompagner le public vers une prise de conscience de cette réalité parfois difficile à raconter. Chacun-e, à sa façon, évoque, suggère, raconte, illustre avec des mots et des images ce que peut être le trajet des enfants qui quittent leur foyer pour se jeter sur les routes – et les mers – pour fuir la guerre, la misère. Les bénéfices de la vente de ce livre jeunesse sont intégralement reversés à SOS Méditerranée.

👉 Les trois intervenants vous présenteront le projet et répondront à vos questions.

👉 Visioconférence gratuite, via Zoom.
Pour y assister, connectez-vous à 19h30 précises en cliquant sur le lien suivant : https://us02web.zoom.us/j/82704647597

Visioconférence – Découverte de la langue chinoise

Jeudi 4 juin, 19h30

Les Petits Mandarins, c’est une méthode ludique pour apprendre le chinois rapidement et efficacement. Créé en 2016, cet outil permet un apprentissage global jusqu’au niveau C2. Adapté à tous les publics, Les Petits Mandarins est utilisée par les enfants et les adultes, dans le cadre scolaire, pour l’auto-apprentissage ou bien la formation professionnelle.

Vigdis Herrera, linguiste et co-créatrice de cette méthode, vous propose de découvrir le fonctionnement et la structure de cette écriture mystérieuse qui est restée quasi inchangée depuis trois millénaires.

👉 Visioconférence gratuite, via Zoom. Pour y assister, connectez-vous à 19h30 précises, en cliquant sur le lien suivant : https://us02web.zoom.us/j/86090036675

Cercle de lecture de La Géosphère

Samedi 30 mai, 16h-18h, en visioconférence

« Sous le soleil insulaire »

Vous la voulez déserte, votre île ? Ou en plein archipel surpeuplé ? Préparez les livres que cette thématique vous évoque, pour les présenter en quelques minutes.
Retrouvez aussi nos suggestions de lectures >> CercleLecture-iles-biblio (fichier PDF)

Participation ouverte à tou-te-s, sur inscription (10 personnes max.).
Réservation uniquement par mail (librairiegeosphere@gmail.com). Les détails pratiques vous seront transmis par retour de mail.

Évadez-vous en lisant nos coups de cœur !

L’Enfant du fleuve, Luis do Santos, traduit de l’espagnol (Uruguay) par Antoine Barral, 15€, éditions Yovana, 2020
Aux confins de l’Uruguay, là où le fleuve du même nom trace la frontière avec le Brésil, un petit garçon tente de grandir. Entre un père violent et une mère indifférente, ce n’est pas chose facile. Alors le petit garçon se réfugie dans ses rêveries, ses amitiés cabossées et ses frasques. Faute de susciter l’amour de ses parents, il attire leur attention en faisant les 400 coups, sous la houlette d’un grand-père fantôme de bien mauvais conseil…
Et quand ça va trop mal, il grimpe très haut dans un arbre qui lui sert de refuge. La nature, luxuriante dans ce coin de jungle à peine domestiquée, truffée d’insectes et de serpents, est omniprésente, tout comme le fleuve du titre, cours d’eau tumultueux qui promet autant de robinsonnades que de menaces de noyades. Voici un roman bref et percutant, un roman aux allures de conte initiatique – un roman que l’on referme avec les larmes aux yeux.

Hot Maroc, Yassin Adnan, traduit de l’arabe (Maroc) par France Meyer,
24€, Actes Sud, 2020

Il est lâche et balade sa « tête de rat » (lui préfère la comparaison à l’écureuil) en rasant les murs. Rahhal est d’une insignifiance crasse dans la vraie vie, mais sur les méandres de la toile c’est tout autre chose ! Véritable troll gonflé de haine, c’est par le biais des réseaux sociaux que cet étudiant raté en littérature règle ses comptes avec quiconque a mieux réussi que lui. Et c’est évidemment sur la toile que ses talents de nuisible sont appréciés à sa juste valeur et qu’il se fait approcher… par les services de sécurité marocains. Sur la revue en ligne « Hot Maroc », il devient alors le vecteur des fake news et autres rumeurs cruelles que lui dictent les taupes du gouvernement… Hot Maroc est une « comédie animale » et satirique, où tout le monde en prend pour son grade : bourgeois affairistes, intellectuels prétentieux , prédicateurs intéressés, militants prêts à retourner leur veste. C’est le Maroc d’aujourd’hui qui s’anime sous la plume féroce de Yassin Adnan, poète, journaliste et romancier enfin traduit en français ! Alors même si Hot Maroc est sorti en mars 2020 juste avant le confinement, ne passez surtout pas à côté !

Miss Laila armée jusqu’aux dents, Manu Joseph, traduit de l’anglais (Inde) par Bernard Turle, 19€, éditions Philippe Rey, 2020
C’est le matin. Akhila, toute fringante, rentre de son footing. Elle découvre alors que l’immeuble de Bombay où elle habite s’est à demi effondré suite à un tremblement de terre. Lorsque les sauveteurs décèlent la présence d’un survivant sous les décombres, elle s’avance. Aussi menue que sportive, elle fait valoir qu’en outre, elle est sur le point de décrocher son diplôme de médecine ; c’est donc elle qui se faufilera jusqu’au blessé pour lui administrer les premiers secours, le temps qu’un passage soit frayé pour le sortir de là. Seulement voilà : le blessé lui confie par le menu les détails d’un acte terroriste qui serait sur le point d’être perpétré. Une course contre la montre s’enclenche, pour tenter de déjouer l’attentat avant qu’il ne soit trop tard.
Tensions interreligieuses, questions féministes, problématiques médiatiques… Le roman de Manu Joseph délivre un instantané saisissant de l’Inde d’aujourd’hui. Le rythme énergique de sa narration et le franc-parler de son style, mi-politisé mi-grinçant, en font un livre engagé, à la saveur toute particulière.

Enfin la réouverture !

Rendez-vous le mardi 12 mai dès 10h
puis du mardi au samedi, de 10h à 19h !

🎉 Quel bonheur, à l’idée de bientôt rouvrir les portes de la librairie ! Il faudra certes respecter certaines règles sanitaires, mais qu’importe : vous pourrez revenir flâner dans nos rayons et bavarder avec nous. Anne et moi en piaffons de joie et d’impatience !

L’entrée dans la librairie se fera à deux conditions toutes simples :

  • port du masque obligatoire* (nous en porterons aussi, bien entendu) ;
  • trois client-e-s maximum dans la boutique.

Du liquide hydroalcoolique sera mis à votre disposition à l’entrée de la librairie. Merci de prendre l’habitude de vous désinfecter les mains en entrant dans un commerce.

Pour vos commandes et demandes de conseils,
n’hésitez pas à privilégier le téléphone :
04 99 06 86 29 (avec répondeur).

* Pour les personnes n’ayant pas pu se procurer de masques au préalable, nous proposerons des masques jetables à 1€ pièce (prix coûtant) à l’entrée de la librairie.

Si La Géosphère peut rouvrir ses portes (presque) sereinement, vous y êtes pour beaucoup. Je ne vous remercierai jamais assez de votre précieux soutien ! Pour la librairie, l’angoisse des premiers jours de confinement s’est allégée, grâce à votre présence, à vos mots d’encouragement, à vos nombreuses pré-commandes. Un immense merci d’avoir été là durant toute cette période, quand vous aussi vous aviez vos propres préoccupations.

📖 Persiste malgré tout une inquiétude latente : l’équilibre d’une librairie est toujours précaire, faute de rentabilité financière – ces prochains mois, alors que notre quotidi

en (à nous tous) reviendra lentement à la normale, La Géosphère jouera plus que jamais la funambule sur un fil d’araignée. Elle continuera d’avoir besoin de vous, lectrices, lecteurs… tout comme vous continuerez d’avoir besoin d’elle, n’est-ce pas ? Car quoi de mieux qu’un livre, en ces temps incertains, pour vous évader et explorer (virtuellement) de nouveaux horizons, par-delà le fameux rayon de 100 km ? N’oubliez pas qu’à La Géosphère, Anne et moi sélectionnons en permanence de formidables romans français et étrangers, des bandes dessinées de grande qualité, des livres jeunesse géniaux. Et rappelez-vous que lire des livres… délivre !

Au (grand) plaisir de vous revoir à la librairie,

À très bientôt,
Magali Brieussel

Visioconférence : Le Japon vu de l’intérieur

Samedi 9 mai, à 18h

🎎 Journalistes, Aurélie Roperch et Julien Giry ont sillonné l’archipel nippon pendant plus d’un an. Ils ont tiré de leurs observations deux livres ludiques et passionnants : Les Cent Vues du Japon et Les Cent Objets du Japon (coéditions Elytis et Transboréal). De la banquise de Hokkaido aux îles tropicales d’Okinawa, de la cérémonie du thé à la culture manga, ils vous proposent une découverte insolite du pays du Soleil-Levant !
Photos et lectures à l’appui, Julien témoignera de leur expérience et répondra à vos questions.

👉 Visioconférence gratuite, via Zoom.
Pour y assister, connectez-vous à 18h précises en cliquant sur le lien suivant : https://us02web.zoom.us/j/87990512336

Consultez notre stock actuel

Trois informations importantes :

👉 Pour vous aider à passer vos commandes, vous pouvez télécharger les photos des rayonnages actuels de La Géosphère

📚 en cliquant ici >> 📚

👉 En attendant la réouverture complète de la librairie, continuez de nous envoyer vos commandes et demandes de conseils par mail : librairiegeosphere@gmail.com.

Derniers jours de retrait « drive » de vos commandes à l’entrée de la librairie :

  • samedi 2 mai : 10h30-12h30 et 14h30-17h30
  • mercredi 6 mai : 14h30-17h30
  • samedi 9 mai : 10h30-12h30 et 14h30-17h30

👉 La Géosphère rouvrira ses portes
le mardi 12 mai à 10h !

🎉 À très bientôt !! 🎉