Quelque chose de Corée du Sud

Vendredi 20 juillet à 19h30 à la librairie

Gratuit, réservation conseillée

Rencontre avec Élise Ducamp, auteure de Quelque chose de Corée du Sud (éditions Nanika, 2018)

Familière du Japon, Élise Ducamp a embarqué pour la Corée du Sud sur un coup de tête en 2016, convaincue que sa connaissance du Pays du Soleil Levant lui suffirait à comprendre le Pays du Matin Calme. Erreur ! Elle s’est sentie perdue ! Alors elle a décidé d’apprendre et s’est découvert une passion pour l’histoire et la culture coréennes, mais aussi toutes ces petites choses insolites ou drôles qui font le quotidien en Corée. Elle en a fait un très joli guide culturel, publié en mars dernier aux éditions Nanika.

Présentation, discussion et dédicace au programme de cette rencontre.

Événement Facebook à partager >>

Atelier de lecture de cartes topographiques

Le vendredi 13 juillet à 19h30 à la librairie

Gratuit, sur inscription par mail ou par téléphone
(dix participants maximum)

Que vous soyez voyageur, randonneur ou cycliste (ou les trois à la fois !), vous avez régulièrement affaire à des cartes topographiques. Mais savez-vous les lire en détail ?

Yann Schneylin, animateur de l’association Les Écologistes de l’Euzière, vous donnera les clés pour identifier les différents éléments visibles sur une carte, choisir l’échelle dont vous avez besoin, évaluer voire mesurer les distances, comprendre ce que disent les courbes de niveau, calculer un dénivelé… À l’issue de l’atelier, vous saurez beaucoup mieux tirer profit de la lecture des cartes pour prévoir votre itinéraire !

Événement Facebook à partager >>

Article du Midi Libre : le « Top 5 » des lectures de l’été !

Le Midi Libre a proposé à tous les libraires indépendants de Montpellier de sélectionner cinq livres pour l’été. Voici donc la sélection de La Géosphère, à retrouver dans l’édition du 29 juin !

Un cargo pour les Açores de Jean-Yves Loude (Actes Sud 2018) : un récit de voyage, à la rencontre des gens et de leur histoire

Le mot de la libraire : « Les ouvrages sur l’archipel des Açores sont rares, et celui-ci est particulièrement réussi, mêlant récit de voyage et autofiction. Jean-Yves Loude s’est rendu sur les neuf îles, en quête d’anecdotes historiques et individuelles. J’ai été fascinée, entre autres, d’apprendre que l’île de Santa Maria avait connu son heure de gloire lorsque son aéroport permettait aux avions d’effectuer une escale lors de leurs traversées transatlantiques. Époque fastueuse aujourd’hui révolue… »

La Tresse de Laetitia Colombani (Grasset 2017, LGF 2018) : le destin de trois femmes sur trois continents

Le mot de la libraire : « À mes yeux, ce roman célèbre le courage des femmes partout dans le monde. Qu’il s’agisse de Giulia, la Sicilienne confectionnant des perruques à partir de vrais cheveux, Sarah, l’avocate canadienne qui affronte la maladie autant qu’elle a lutté contre le machisme de son métier, ou encore Smita, l’Indienne intouchable prête à tout pour offrir à sa fille un avenir meilleur, toutes trois ne s’avoueront jamais vaincues face aux difficultés. Peu à peu, leurs histoires se tressent les unes aux autres… »

Tokyo des ténèbres de Viviane Moore (Elytis 2008) : polar dans le milieu trouble des otaku, les monomaniaques japonais

Le mot de la libraire : « Ici, l’enquête policière fait presque figure de prétexte pour présenter deux groupes marginaux au Japon. On côtoie d’une part les otaku, ces personnes qui vivent sans sortir de leur chambre pendant des années, tant elles sont obsédées par une passion (jeux vidéos, figurines de mangas…) D’autre part, on découvre des exclus moins connus, les burakumin, qui sont en quelque sorte les descendants des parias de l’époque féodale ; ils vivent dans des quartiers ghettoïsés et, comme les Dalit en Inde, ne peuvent exercer que certains métiers considérés comme dégradants. Un polar fascinant, bien documenté et bien ficelé ! »

Mécanique d’un homme heureux de Dario Jaramillo Agudelo (Yovana 2017) : un homme raconte comment il a tué sa femme…

Le mot de la libraire : « En février dernier, nous avions eu le plaisir de rencontrer Laurence Holvoet, la traductrice de ce roman colombien à multiples facettes, à la fois léger et mordant, sans concession envers la haute société de Bogotá. Le narrateur, Tomás, n’y va pas par quatre chemins : il a enfin trouvé la voie du bonheur depuis qu’il a assassiné son épouse, Regina, qui tenait la maisonnée d’une main de fer. À la lecture, j’ai navigué entre compassion et indignation, rire et réflexions sur le temps qui passe – et surtout, je n’ai pas pu lâcher le livre tant que j’ignorais comment Tomás s’y était pris pour supprimer son dragon d’épouse (secret qu’il ne révèlera bien entendu que très tard…).  »

Groenland vertigo de Tanquerelle (Casterman 2017) : une bande-dessinée récit de voyage, clin d’œil à Hergé pour le dessin

Le mot de la libraire : « Quand Tanquerelle reçoit la proposition de participer à une expédition artistique en bateau au Groenland, il accepte avec quelques hésitations : il n’aime pas les voyages et il croit être sujet au mal de mer. C’est finalement avec une bonne dose d’autodérision et un sens aigu de l’observation qu’il nous raconte cette aventure, dans laquelle l’écrivain Jørn Riel (ou son double) joue un rôle truculent. Cette BD vous emmène dans le Grand Nord, mais elle regorge de chaleur humaine, d’autant que ses héros sont pour la plupart… totalement incapables de garder leur sang-froid ! »

Retrouvez dans l’article en ligne
tous les conseils de lecture
de mes collègues libraires à Montpellier !

Photo de Michel Pieyre, Midi Libre

« Petite Nord », spectacle kamishibaï

Le vendredi 29 juin à 19h30 à la librairie,
sur réservation par mail ou par téléphone

Image extraite de « Petite Nord », (c) Clémentine Magiera

La photoconteuse Clémentine Magiera a choisi un support original pour raconter ses deux étés au Groenland : le kamishibaï.
D’origine japonaise, cette technique narrative fait la part belle aux images, que la photoconteuse fera défiler sous nos yeux.

Anecdotes de voyage et contes inuits au programme !

Et pour revivre ce beau moment, vous pourrez même vous procurer à la librairie un exemplaire de son kamishibaï, dont voici un joli petit avant-goût >>.

Plein tarif : 10 euros
Tarif réduit (enfants de moins de 12 ans) : 7 euros

Événement Facebook à partager >>

Coups de cœur Australie

Le vendredi 16 juin, La Géosphère proposera une sélection de livres sur l’Australie lors du prochain ApéroVoyageurs organisé par Explore le Monde.
Voici quelques coups de cœur !

Bande dessinée
Terra Australis, scénario de Laurent-Frédéric Bollée, dessin de Philippe Nicloux (Glénat, 2013)
À la fin du XVIIIe siècle, l’Angleterre décide de déporter par centaines ceux qu’elle considère comme indésirables — bagnards, condamnés, prisonniers. Leur destination : l’Australie, terre lointaine, sauvage et inconnue. Ces hommes, femmes et enfants déracinés transformeront finalement leur condamnation en chance, l’opportunité de débuter une nouvelle vie.
Pour une histoire incroyable, il ne fallait pas moins qu’une BD tout aussi incroyable, de plus de 500 pages, aux superbes lavis.
Et pour les mordus, il y a même un deuxième tome ! (Terra Doloris, Glénat, 2018)

Nouvelles
Le Koala tueur et autres nouvelles du bush, Kenneth Cook (LGF, 2011)
L’Australie, on le sait, est le pays des animaux sympas : araignées piqueuses, méduses tueuses, serpents mortels, crocodiles affamés… Alors pourquoi le koala ferait-il exception à cette règle ? Kenneth Cook en témoigne : cette peluche sur pattes n’est pas si mignonne qu’elle en a l’air, loin de là !
Des nouvelles pétries d’humour noir, dans les milieux malfamés du bush australien, parmi des personnes pas toujours recommandables.

Jeunesse
Le Petit Sorcier de la pluie, texte de Carl Norac, illustrations d’Anne-Catherine De Boel (École des Loisirs, 2004)
Dans le désert australien, Petite-Pluie, un enfant au nom prédestiné, cherche une solution à l’impitoyable sécheresse qui s’est abattue sur la région. Sa ténacité, son inventivité, mais aussi sa spiritualité, viendront à bout du mystère de la pluie. Un magnifique album, en grand ou petit format, entrecoupé d’illustrations d’inspiration aborigène aux couleurs extraordinaires !

Et aussi le magazine Cram-Cram consacré à l’Australie !

Le 16 juin, retrouvez tous ces livres,
et bien d’autres !

La Géosphère fait sa Comédie !

Les 25, 26 et 27 mai, retrouvez La Géosphère sur la Comédie du Livre !
(stand C, avec Le Bookshop et la librairie Clerc)

Samuel Chardon, carnettiste globe-trotteur
Frédéric Debomy, écrivain spécialiste de la Birmanie
Stefano Faravelli, carnettiste italien
Géraldine Garçon, dessinatrice et graveuse
Gaston, carnettiste et dessinateur de bande dessinée
Yves Gauthier, écrivain et traducteur spécialiste de la Russie
Bernard Ollivier, écrivain marcheur
Florence Rodhain, écrivaine
Aude Seigne, écrivaine suisse
Sandrine Willems, écrivaine belge

Venez à leur rencontre : bavardages et dédicaces garantis !

La librairie restera ouverte le vendredi et le samedi.