Magali B.

Fish WU

Rue de l'échiquier

24,90
Conseillé par (Libraire)
1 mars 2024

Un témoignage puissant, rare, sur une époque pourtant pas si lointaine...

✏️ Jeune adulte, le dessinateur Fish Wu prend un jour conscience du parcours douloureux de sa grand-mère, une très vieille dame dont la famille entière a été victime, à divers égards, de la révolution culturelle chinoise. Il entreprend alors de la questionner, avant que sa mémoire ne s'effiloche complètement : "pour que cela reste gravé", dit-il, et ainsi rendre hommage aux anonymes que l'Histoire a malmenés au point de les dissuader de témoigner.
✏️ Dans sa BD qui jongle avec les temporalités et les fils narratifs, Fish Wu évoque l'oncle et le père de sa grand-mère, frères lettrés que le régime maoïste a broyés et séparés. Il raconte aussi d'où venait son grand-père, et dans quelles circonstances tragiques il s'est marié à sa grand-mère. Le deuil, l'exil, les liens familiaux : autant de thèmes douloureux qui traversent ce récit, dans lequel les voix s'entrecroisent pour dire quels torts irréparables peut causer un pouvoir autocratique. L'excellent travail de traduction de Bertrand Speller permet de saisir les subtilités des propos, notamment ceux qui se cachent en arrière-plan des images.
✏️ Quant aux dessins au trait noir de Fish Wu, ils sont d'une précision ahurissante, presque hallucinée, oscillant entre méticulosité documentaire et hachures presque rageuses, vibrantes de colère. Les visages sont travaillés, détaillés, fouillés, comme si, en les ancrant dans la page, le dessinateur tentait de les sauver de l'oubli.

Conseillé par (Libraire)
15 février 2024

🐥 Pour découvrir la vie autour du lac Baïkal (dès 5 ans)

🐥 Youri a six ou sept ans et il vit dans un endroit pas comme les autres : au bord du lac Baïkal, "le plus grand réservoir d'eau douce de la planète". Et son papa exerce un métier pas comme les autres : il est chasseur de glace. Car l'hiver est tellement froid en Sibérie que l'eau pour boire et cuisiner ne peut pas couler des robinets. Il faut que des hommes courageux aillent tailler dans la glace du lac de gros blocs, qui sont ensuite acheminés devant chaque maison.
🐥 Du récit de ce quotidien étonnant mis en mots par Séraphine Menu émane une douceur qui répond à celle des illustrations si paisibles de Marion Duval. Les grandes doubles pages font la part belle aux paysages et intercalent dans l'histoire de Youri et son papa des explications sur la faune, la flore, et la culture des populations installées dans ces contrées reculées. Une construction originale, dans laquelle la poésie se met au service de la découverte. C'est très réussi !

29,90
Conseillé par (Libraire)
9 février 2024

🎨 Un splendide voyage à travers le temps, les objets, les couleurs

🎨 Pour une fois, on ne vous emmène pas en voyage. Ou alors, c'est un voyage à travers le temps, les objets, les couleurs. De toute façon, il nous FALLAIT lire la nouvelle BD de Simon Lamouret, lui qui nous avait enchantées avec ses précédents opus consacrés à l'Inde.
🎨 Point d'Inde ici, ni de grand voyage aux antipodes. Nous sommes dans une campagne française anonyme et, plus précisément, dans une vieille maison un peu délabrée. Élise, tout juste séparée du papa de son petit Antoine, vient de l'acheter pour une bouchée de pain. La condition : reprendre la bâtisse avec tout ce qu'elle contient. Car elle a été laissée dans son jus depuis la mort, presque quarante ans auparavant, de son ancien propriétaire. Commence alors un étrange travail d'archéologue dans le bazar de celui qui, s'il n'était pas peintre, était du moins amateur d'art. Élise peut compter sur la bonne volonté de ses parents venus l'aider, malgré leur approche très différente, beaucoup plus conservatrice, des objets, vêtements, bibelots et décorations que leurs explorations exhument.
🎨 "L'homme miroir" est un roman-graphique-monde, dans lequel les frontières entre réalité, passé et imagination sont volontairement brouillées. L'auteur-illustrateur jongle avec les temporalités et les narrateurs, semant des indices qui incitent à une lecture ludique et attentive. Chaque objet plonge la personne qui le manipule (Élise, Antoine, les parents) dans des souvenirs qui, parfois, ne lui appartiennent même pas. C'est vertigineux, incroyablement virtuose et porté par des illustrations quasi fauvistes qui nous en mettent plein les mirettes. Une BD qu'il faudra, pour sûr, relire plusieurs fois pour en saisir la formidable richesse.

Conseillé par (Libraire)
31 janvier 2024

🐥 Sais-tu que les petits bonheurs font les grands heureux ?

🐥 Ici, Petit Bonheur est un bonhomme rondouillard qui, hélas, n'a pas reçu de pouvoir magique comme les autres Bonheurs envoyés sur Terre par la Fée de la Lune. Qu'à cela ne tienne, il va quand même tenter sa chance : il l'a tant et tant attendu, ce Nouvel An lunaire ! Ce moment où chaque petit ou grand Bonheur va secrètement déposer de la chance dans un foyer... En errant dans les rues à la recherche d'un lieu que ses frères et sœurs Bonheur n'auraient pas encore visité, il finit par dégotter une gargote déserte où la soupe de nouilles est délicieuse et formidablement revigorante. Mais avec un cuistot renard, la clientèle se méfie et personne d'autre ne vient se régaler... Petit Bonheur voit là l'occasion rêvée de se mettre en action ! Il va diffuser le parfum appétissant dans tout le quartier, pour allécher gourmandes et gourmands !
🐥 Avec ses couleurs gaies, voilà un album qui porte drôlement bien son titre. Tous les personnages, de jolis animaux en costumes humains, ont des sourires à fondre. Et quoi de plus réconfortant, par une froide soirée de février, que de déguster une bonne soupe de nouilles bien chaude ?

Les Éditions Noir sur Blanc

19,50
Conseillé par (Libraire)
26 janvier 2024

🌿 Humanité et sauvagerie au fin fond de la jungle de l'Orénoque

🌿 Toute jeunette qu'elle est, Eva n'a jusqu'à présent connu que la drogue et l'alcool, sur fond de fête permanente et de sexe sans questionnement. Un jour, subite prise de conscience : elle ne veut plus de cette vie-là. Ni pour elle, ni pour Abril, sa fillette de 5 ans. Mais tant qu'à quitter Bogotá, autant que ce soit radical : alors c'est la jungle qu'elle choisit, Puerto Inírida, minuscule localité sur les rives de l'Orénoque, où elle décroche un emploi d'infirmière.
🌿 Mais il n'y a pas que l'histoire d'Eva. Il y a celle du trafiquant amoureux, celle du médecin triste, celle de la prostituée résiliente. Tout un petit monde qui ne demande rien, ou pas grand-chose, si ce n'est quelques miettes de bonheur, s'il en reste quelque part. Or comment mener une existence paisible, dès lors que Puerto Inírida attise les convoitises concurrentes des orpailleurs et des FARC ?
🌿 L'auteur de cette pépite, Antonio Ungar, ne nous ménage pas. Quand il nous fait entrer dans une bulle de douceur, avec de vraies amitiés ou des amours sincères qui se nouent, c'est pour mieux nous jeter, ensuite, dans la violence inouïe des guérillas de de jungle, férocement armées et dépourvues de tout sens moral. En toile de fond, la nature sauvage, omniprésente, semble en permanence sur le point d'engloutir les humains qui s'y meuvent. Même si la pire sauvagerie, comme toujours, vient bien des humains eux-mêmes...
🌿 C'est assez bluffant de trouver, au sein d'un roman si bref, autant de thèmes, traités avec une telle finesse. Et quand on sait que l'auteur s'est inspiré d'une histoire vraie, l'ébahissement est décuplé.