Magali B.

Makis MALAFÉKAS

Asphalte

Conseillé par (Libraire)
28 octobre 2022

Un polar électro au rythme grisant !

🎨 L'été 2017 à Athènes fut littéralement bouillant. Pour Krokos, le personnage de ce roman, c'est d'autant plus rude qu'il se retrouve embringué par son amie Christina dans une histoire abracadabrante, qui s'avère de jour en jour plus dangereuse. Il s'agit au départ de récupérer un tableau collectif peint en une soirée. Une croute sans intérêt ? Certes. Sauf si l'on gratte les couches de peinture pour dévoiler une inscription susceptible de faire éclater un scandale monumental...
🎨 Épuisé par la canicule et ses cauchemars nocturnes, Krokos mène son enquête (à moins que ce ne soit l'inverse) entre deux bribes de conversations plus ou moins inspirées autour de l'art contemporain. Car cet été-là, Athènes est envahie par des artistes du monde entier venus participer à la Documenta, exposition à la renommée internationale. De trajets en taxi en bars interlopes, Krokos ira peut-être un peu trop loin, juste parce que les yeux de Christina sont peut-être un peu trop beaux...
🎨 Voilà un polar électro au rythme grisant ! Au-delà de l'intrigue formidablement ficelée, deux points forts font de ce roman un vrai gros coup de cœur : d'une part, la réflexion sur le sens (ou le non-sens) de l'art contemporain. Et d'autre part, une traduction remarquable, qui donne l'impression de lire le texte en VO – une VO ébouriffante, dont la tonalité crue n'est jamais gratuite.

Conseillé par (Libraire)
21 octobre 2022

Pour les architectes rêveurs !

🏘 Pour tous les rêveurs, toutes les exploratrices, les architectes en herbe, les fans de Miyazaki, les passionné·e·s de dessin, les amateurs de carnets de voyages, qu'ils soient réels ou imaginaires : ne cherchez plus, nous venons de vous dénicher une ✨ merveille ✨ !
🏘 À mi-chemin entre guide de visite et recueil d'histoires courtes, ce "Livre des maisons extraordinaires" vous fait visiter, plans à l'appui, des constructions plus fabuleuses les unes que les autres : l'observatoire d'un astronome pessimiste, perché sur un piton rocheux, une maison en forme de cabosse de cacaoyer, suspendue à une branche, ou encore une station de métro désaffectée abritant un mystérieux jeune homme... Les amateurs de navigation craqueront pour la péniche de la Ville Submergée, mais aussi l'incontournable phare, gardé par un grand mélancolique. Et la libraire que je suis, évidemment, pourrait rester des heures devant les pages consacrées à la Bibliothèque des Livres Perdus (pour tout vous dire, il y a même une Librairie à Étages, dans laquelle La Géosphère installerait bien volontiers ses quartiers !)
🏘 Fourmillant de détails, les croquis aux couleurs tendres de Seiji Yoshida vous inciteront à imaginer des histoires peuplées d'inventeurs loufoques, de solitaires débordant d'érudition, d'agents secrets, voire même de dragons, de sorcières ou de fantômes ! Quelques pages consacrées aux techniques de dessin permettront aux plus doué·e·s de s'essayer aux crayonnés à leur tour.
🏘 Et vous, elle ressemble à quoi, la maison de vos rêveries les plus douces ?

Juliana Léveillé-Trudel

La Peuplade

19,00
Conseillé par (Libraire)
14 octobre 2022

Vous avez tout l'automne... mais foncez quand même !

🍁 Une parution aux éditions La Peuplade, c'est un peu Noël avant l'heure. Et un nouveau livre d'une autrice que l'on chérit, c'est mieux qu'un Noël sous la neige ! D'autant que là, il aura fallu attendre sept ans pour retrouver la plume sensible et vibrante de Juliana Léveillé-Trudel, qui raconte si bien le Nunavik, ce grand Nord québécois dont elle avait dépeint la terrible rudesse dans "Nirliit" (La Peuplade, 2015).
🍁 Avec "On a tout l'automne", elle revient sur ces lieux qu'elle aime autant qu'ils la malmènent émotionnellement. C'est l'occasion pour elle (ou la narratrice, c'est-à-dire son double) de retrouver les gens, et surtout les enfants, qu'elle a côtoyés quelques années auparavant, et avec qui elle a travaillé en tant qu'animatrice d'activités extra-scolaires. Mais depuis son dernier séjour, les enfants sont devenus jeunes adultes et bousculent les repères de leurs relations. Et surtout, elle est revenue avec, dans ses bagages, une langue qu'elle commence à maîtriser : l'inuttitut, dont elle va tenter de découvrir les contours poétiques lors d'ateliers d'écriture proposés aux plus jeunes.
🍁 Fragile, arrimée aux mots et aux paysages quand les émotions et les relations humaines se dérobent sous ses pieds, la narratrice tente, avec une infinie pudeur, d'estomper l'inquiétude qui la hante. Voici une lecture qu'il faut faire durer comme un instant de grâce, sur fond de premières neiges et d'aurores boréales.

Les Grandes Personnes

22,00
Conseillé par (Libraire)
11 octobre 2022

Un merveilleux voyage qui se passe de mots

🦶 Quand les illustrations vous happent, les mots deviennent superflus. Ici, l'album s'ouvre sur deux courtes pages de dialogue, qui permettent de donner une voix au petit groupe d'hommes, de femmes et d'enfants préhistoriques que l'on va suivre dans ses pérégrinations. Ensuite, plus le moindre mot ; la place est laissée aux paysages inexplorés, aux cieux démesurés dans lesquels se meuvent les éléments, aux arbres en majesté, aux animaux gigantesques. Dans cet univers sauvage, notre groupe d'humains devient minuscule, presque perdu. On se demande comment ils parviennent à connaître leur but, jour après jour, et à garder le cap. Car ils marchent dans le temps d'avant l'Histoire, ce temps où les vêtements étaient de peaux et les abris de roches et de branches. À la recherche, peut-être, de leurs semblables, ailleurs...
🦶 Ce "Long Voyage" semé d'embûches se passe de mots, mais en fera éclore de nombreux sur les lèvres des enfants. Décrire les lieux, vérifier que le groupe est au complet, nommer les animaux, exprimer sa surprise en tournant les pages... Voilà un livre qu'on ne lira jamais deux fois de la même manière ! Restera une constante : l'émerveillement jamais tari face à ces dessins en ligne claire aux couleurs pastel et aux sujets universels.

Là où naissent les glaces

Dargaud

24,00
Conseillé par (Libraire)
15 juillet 2022

Une BD sublime, où la neige n'est jamais blanche

❄ Voici une BD où les icebergs craquent, où les luges s'enneigent, où les aurores boréalent (oui oui !). C'est sur la côte Est du Groenland que ça se passe, dans un fjord où Max Audibert s'est installé dans les années 1980. À 18 ans à peine, ce Marseillais l'a décidé : il sera chasseur de phoques (oui oui oui !) Une vocation qu'il mènera avec ténacité, courage et conviction, au point de devenir capable, à son tour, de transmettre aux jeunes générations ses connaissances en matière d'attelage de chiens et de construction de kayak.
❄ Ce parcours, pourtant hors norme, est raconté avec la belle simplicité que l'on réserve aux récits du quotidien. Il ne faut bien entendu pas s'y fier. Car la partie immergée de l'iceberg cache souvent des difficultés, parfois même des drames. Au-delà de la rudesse de sa propre adaptation, Max est ainsi confronté aux problèmes qui minent le Groenland d'aujourd'hui : l'alcoolisme et la violence qui va avec, les jeunes qui désertent, les suicides. Loin de plomber le récit, ces thématiques tragiques sont contrebalancées par une narration tout en légèreté, tantôt menée par Max lui-même, tantôt assurée par ses chiens de traîneau ou les corbeaux du village, voire par un crâne d'ours polaire qui trône sur son frigo.
❄ Le tout est magnifié – que dis-je, sublimé ! – par les illustrations de Simon Hureau. Vous serez ébloui·e par les couleurs fabuleuses qu'il donne à la glace : sous ses crayons, elle n'est jamais blanche. Et en tournant certaines pages, j'espère que, comme moi, vous tomberez en arrêt devant l'extraordinaire beauté de ces planches qui soudain se dévoilent, comme un panorama inattendu au détour d'un sentier ou au sommet d'une montagne.