Enfin la réouverture !

Rendez-vous le mardi 12 mai dès 10h
puis du mardi au samedi, de 10h à 19h !

🎉 Quel bonheur, à l’idée de bientôt rouvrir les portes de la librairie ! Il faudra certes respecter certaines règles sanitaires, mais qu’importe : vous pourrez revenir flâner dans nos rayons et bavarder avec nous. Anne et moi en piaffons de joie et d’impatience !

L’entrée dans la librairie se fera à deux conditions toutes simples :

  • port du masque obligatoire* (nous en porterons aussi, bien entendu) ;
  • trois client-e-s maximum dans la boutique.

Du liquide hydroalcoolique sera mis à votre disposition à l’entrée de la librairie. Merci de prendre l’habitude de vous désinfecter les mains en entrant dans un commerce.

Pour vos commandes et demandes de conseils,
n’hésitez pas à privilégier le téléphone :
04 99 06 86 29 (avec répondeur).

* Pour les personnes n’ayant pas pu se procurer de masques au préalable, nous proposerons des masques jetables à 1€ pièce (prix coûtant) à l’entrée de la librairie.

Si La Géosphère peut rouvrir ses portes (presque) sereinement, vous y êtes pour beaucoup. Je ne vous remercierai jamais assez de votre précieux soutien ! Pour la librairie, l’angoisse des premiers jours de confinement s’est allégée, grâce à votre présence, à vos mots d’encouragement, à vos nombreuses pré-commandes. Un immense merci d’avoir été là durant toute cette période, quand vous aussi vous aviez vos propres préoccupations.

📖 Persiste malgré tout une inquiétude latente : l’équilibre d’une librairie est toujours précaire, faute de rentabilité financière – ces prochains mois, alors que notre quotidi

en (à nous tous) reviendra lentement à la normale, La Géosphère jouera plus que jamais la funambule sur un fil d’araignée. Elle continuera d’avoir besoin de vous, lectrices, lecteurs… tout comme vous continuerez d’avoir besoin d’elle, n’est-ce pas ? Car quoi de mieux qu’un livre, en ces temps incertains, pour vous évader et explorer (virtuellement) de nouveaux horizons, par-delà le fameux rayon de 100 km ? N’oubliez pas qu’à La Géosphère, Anne et moi sélectionnons en permanence de formidables romans français et étrangers, des bandes dessinées de grande qualité, des livres jeunesse géniaux. Et rappelez-vous que lire des livres… délivre !

Au (grand) plaisir de vous revoir à la librairie,

À très bientôt,
Magali Brieussel

Visioconférence : Le Japon vu de l’intérieur

Samedi 9 mai, à 18h

🎎 Journalistes, Aurélie Roperch et Julien Giry ont sillonné l’archipel nippon pendant plus d’un an. Ils ont tiré de leurs observations deux livres ludiques et passionnants : Les Cent Vues du Japon et Les Cent Objets du Japon (coéditions Elytis et Transboréal). De la banquise de Hokkaido aux îles tropicales d’Okinawa, de la cérémonie du thé à la culture manga, ils vous proposent une découverte insolite du pays du Soleil-Levant !
Photos et lectures à l’appui, Julien témoignera de leur expérience et répondra à vos questions.

👉 Visioconférence gratuite, via Zoom.
Pour y assister, connectez-vous à 18h précises en cliquant sur le lien suivant : https://us02web.zoom.us/j/87990512336

Consultez notre stock actuel

Trois informations importantes :

👉 Pour vous aider à passer vos commandes, vous pouvez télécharger les photos des rayonnages actuels de La Géosphère

📚 en cliquant ici >> 📚

👉 En attendant la réouverture complète de la librairie, continuez de nous envoyer vos commandes et demandes de conseils par mail : librairiegeosphere@gmail.com.

Derniers jours de retrait « drive » de vos commandes à l’entrée de la librairie :

  • samedi 2 mai : 10h30-12h30 et 14h30-17h30
  • mercredi 6 mai : 14h30-17h30
  • samedi 9 mai : 10h30-12h30 et 14h30-17h30

👉 La Géosphère rouvrira ses portes
le mardi 12 mai à 10h !

🎉 À très bientôt !! 🎉

Visioconférence – Cap sur les Terres australes !

Mercredi 29 avril, 18h

En décembre 2018, dans le cadre du projet Passagers des sciences, Francine Brondex et Éric Bataillou ont embarqué pour les TAAF, ces fameuses Terres australes et antarctiques françaises. L’objectif ? Témoigner de la vie quotidienne sur le terrain, mais aussi de la science « en train de se faire ».
Photos et lectures à l’appui, ils vous proposent de témoigner de leur expérience et de répondre à vos questions.

👉 Visioconférence gratuite, via Zoom. Pour y assister, connectez-vous à 18h précises en cliquant sur le lien suivant : https://us02web.zoom.us/j/81302450741 (en cas de difficulté, contactez-nous via Messenger)

Cercle de lecture confiné – Spécial BD

Après le succès de notre premier Cercle de lecture en visioconférence,
nous avons décidé de réitérer !

Samedi 25 avril, à 10h30

Toujours pas de thématique imposée, mais une petite condition…

Parlons BD 💬 !

Franco-belges, comics, grands classiques, romans graphiques, reportages dessinés, mangas : partagez vos coups de ❤️ !

Installez vos écrans, préparez votre pile de livres, n’oubliez pas la tasse de thé ou le verre de limonade, et c’est parti !

⚠ Inscriptions limitées à une dizaine de personnes.
Participation : sur réservation uniquement, par mail (librairiegeosphere@gmail.com). Par retour de mail, nous vous enverrons le lien qui vous permettra de nous rejoindre virtuellement.

Visioconférence : Immersion en Mongolie

Mercredi 22 avril, 18h

Grand voyageur et éditeur aux éditions Transboréal, Marc Alaux connaît la Mongolie sur le bout des doigts : sa langue, sa culture, son histoire. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à ce pays, le dernier en date étant le récit d’un hiver passé sous la yourte d’éleveurs nomades.

Photos et lectures à l’appui, il vous propose de témoigner de ses voyages et de répondre à vos questions.

👉 Visioconférence gratuite, via Zoom. Pour y assister, connectez-vous à 18h précises en cliquant sur le lien suivant : https://us02web.zoom.us/j/81438266392

Photo : © Laurent Barroo

Nouveau service de retrait de commandes

Chères lectrices, chers lecteurs,
chère clientèle de La Géosphère,

Avant toute chose, j’espère que vous et vos proches êtes en bonne santé, et que vous supportez sans trop de difficultés ce confinement qui se prolonge. Vous êtes nombreux.ses à nous témoigner votre soutien et votre sympathie. Mille mercis de rester à nos côtés en cette période difficile.

La Géosphère est fermée depuis un mois maintenant. Or, suite aux déclarations sans équivoque du ministre de la Culture ce matin sur France Inter, je décide de mettre en place, comme le font déjà d’autres confrères, un système de retrait de vos commandes.

  • Quels livres commander à La Géosphère actuellement ? Uniquement ceux dont La Géosphère dispose en stock pour le moment (il est à ce jour impossible de passer de nouvelles commandes auprès des éditeurs). N’ayant pas la possibilité de publier l’état de mon stock en temps réel, je reste à votre disposition pour vous conseiller et vous dire si nous avons en stock le(s) titre(s) qui vous intéresse(nt). Envoyez vos demandes à librairiegeosphere@gmail.com (délai de réponse : 24h maximum).
  • Comment bénéficier de nos conseils de lecture ? Uniquement par mail. Envoyez vos envies (style littéraire, centres d’intérêt, budget) à librairiegeosphere@gmail.com et nous vous ferons des propositions par retour de mail (délai de réponse : 24h maximum).
  • Comment payer ? À distance, par virement, afin de n’avoir à manipuler ni argent ni boîtier CB. À réception de votre commande, j’enverrai le RIB de la librairie par mail. Le paiement par carte bancaire sur place est possible mais fortement déconseillé (le boîtier CB doit être désinfecté après chaque utilisation).
  • Comment se passe le retrait ? Le retrait des sacs préparés à votre attention se fera à l’entrée de la librairie, dans le respect des mesures sanitaires. Du gel hydroalcoolique sera à votre disposition, et je vous recommande le port du masque. Vous ne pourrez pas entrer dans la librairie ni avoir accès aux rayons. En cas de file d’attente, vous serez invité.e.s à respecter une distance de 1,50 m avec les autres personnes (signalétique au sol).
  • Quels sont les créneaux de retrait ? Le samedi de 10h30 à 12h30 puis de 14h30 à 17h30. Le mercredi de 14h30 à 17h30. Et ce, à partir du samedi 18 avril.
  • Quelle case cocher sur l’attestation de déplacement dérogatoire ? Il faudra cocher la case « déplacements pour effectuer des achats de première nécessité ».

N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions.

Prenez soin de vous. Et lisez : c’est pour l’heure la seule et la meilleure manière de voyager !

À très bientôt,
Magali Brieussel

Confinés ? Lisez !

Nos coups de cœur du moment

Rappel : en cette période de confinement, vous pouvez pré-commander des livres à La Géosphère. Pour cela, il vous suffit de nous envoyer un petit mail à librairiegeosphere@gmail.com, et nous vous indiquerons la marche à suivre.

Roman, États-Unis
Le Chant de la frontière, Jim Lynch, traduit de l’anglais américain par Jean Esch (éditions Gallmeister, 2020, 10,80 €) 
Envolons-nous ! Littéralement. Pour cela, un guide vous attend : Brandon Vanderkool. Hâtez le pas, il ne vous attendra pas ! Ce géant loufoque et sensible n’a qu’une passion, les oiseaux (et puis une certaine Madeline, peut-être, aussi…). Pour les observer, il sillonne des kilomètres et des kilomètres le long de la frontière américano-canadienne – quand il ne s’adonne pas au land-art, ou ne donne pas un coup de main dans la ferme en faillite de son père. Fraîchement recruté par la police des frontières, le lunaire mastodonte commence à enchaîner les arrestations : petits trafiquants, terroristes supposés, réfugiés en errance. Est-ce parce qu’il est dyslexique ? Autiste ? Qu’il possède une perception unique des choses ? Que les oiseaux eux-mêmes lui servent d’indics ? Dans ce petit monde au bout du monde, il n’en faut pas plus pour susciter les bavardages. Et pendant ce temps-là, une voisine canadienne, Madeline la révoltée, s’initie au trafic de drogue pour fuir cette communauté…
C’est une satire douce-amère à laquelle Lynch s’adonne. Dans cette micro-société peinte par l’auteur, on observe avec humour les phénomènes paranoïaques et les tendances terrorisées des concitoyens. Et Brandon Vanderkool, électron libre et poétique, nous offre son regard résolument bienveillant, optimiste et sensible sur le monde. Une lecture bien à propos, qui nous invite, comme Brandon, à voler au-dessus de tout ce qui nous divise…

Roman, Japon
Les chats ne rient pas, Kosuke Mukai, traduit du japonais par Myriam Dartois-Ako (éditions Philippe Picquier, 14 €, à paraître en septembre)
Je suis sûre que vous avez besoin de douceur… De chaleur… De lectures qui vous embarquent sans prise de tête… En tout cas, c’est mon cas, en ces temps de confinement. Et c’est exactement ce que j’ai trouvé dans Les chats ne rient pas, roman tout simple de Kosuke Mukai. Au cœur de l’intrigue se blottit Son, un vieux chat mourant. Renko, la femme qui s’en occupe, a décidé de renouer avec son ex-compagnon pour qu’il puisse lui aussi accompagner l’animal dans ses derniers moments. Le nouveau compagnon de Renko est d’accord – il n’a pas eu son mot à dire, en fait. Drôle de constellation, que celle qui se met alors en place autour du matou en fin de vie. Le passé ne manque pas de ressurgir, faisant émerger quelques rancœurs, mais aussi le désir de réparer certaines erreurs. Un profond respect, empreint de cette retenue si typiquement japonaise, irrigue les relations de cet étrange quatuor. Et ça fait du bien. Tout simplement.

Roman, Afrique du Sud / Angleterre / Pologne
Débutants, Catherine Blondeau (éditions Mémoire d’encrier, 2019, 25€)
Imaginez un arbre. Le tronc noueux, massif, solidement ancré dans la terre. Des branches qui s’élancent loin dans le ciel. Majestueux ! Le roman de Catherine Blondeau lui ressemble. Le tronc, c’est Nelson le Sud-Africain. Colérique, solaire, brillant. De ce centre émergent plusieurs branches : l’une explore les peintures rupestres préhistoriques, puisque c’est la spécialité de ce personnage ; une autre fouille jusqu’à la nausée l’histoire de l’apartheid.
Et notre arbre compte encore deux branches maîtresses : celle de Peter l’Anglais (sensible, mélomane, discret) et celle de Magda la Polonaise (libre, effrontée, déroutante), qui nous embarquent successivement dans le Londres underground et homosexuel des années 1980, puis à Wałbrzych, ville qui fut tour à tour prussienne, allemande et polonaise. Et voici ce qui bourgeonne encore sur cet arbre magnifique : ici la question de l’exil et du racisme, là celle de l’amour, sous toutes ses formes, plus loin celle de la filiation…
Kaléidoscope plein d’audace, d’une remarquable cohérence, Débutants ne semble pas avoir été écrit par une débutante. Et pourtant, c’est le premier roman de Catherine Blondeau. Un pavé de 550 pages que l’on voudrait pouvoir lire d’une seule traite : un coup de maître !

Roman, Soudan
Les Jango, Abdelaziz Baraka Sakin, traduit de l’arabe (Soudan) par Xavier Luffin (éditions Zulma, 2020, 22,50 €)
Bienvenue au royaume des bonimenteurs, du verbe haut en couleurs – bienvenue chez les prostituées au grand cœur, chez les racoleurs, les invétérés buveurs et les laborieux travailleurs. Bienvenue chez les Jango, « sages à la saison sèche, et fous à la saison des pluies ».
Al-Hilla, région du Soudan proche de la frontière éthiopienne. C’est ici que l’on rencontre les Jango, saisonniers de la terre. Lorsque les récoltes sont finies, c’est l’alcool et les femmes qu’ils consomment à foison. Et ainsi, depuis toujours, va la vie.
Seulement voilà, un jour s’installe une banque à Al-Hilla. Puis un réseau de télécommunication. Enfin, coup de grâce, les moissonneuses-batteuses. Et c’est la révolte de ce peuple cosmopolite et bigarré, sublime et sans espoir, qu’Abdelaziz Baraka Sakin narre dans ce deuxième roman, (évidemment) interdit au Soudan. Avec beaucoup d’humour, l’auteur décrit la guerre. L’ennemi du peuple, ici, n’est pas l’Autre, mais le gouvernement.
Au fil d’une narration erratique, Abdelaziz Baraka Sakin nous décrit un Soudan insoupçonnable, politique, subversif et jubilatoire. Un pays où les djinns côtoient les transsexuel.le.s et où les femmes mènent la danse, et la révolution ! Mosaïque chamarrée et vibrante, Les Jango nous embarque dans sa transe !

Et vous, que lisez-vous ?

Cercle de lecture en visioconférence

Samedi 11 avril, à 10h30

Ah, comme ils nous manquent, ces samedis au café, où l’on discute coups de cœur et autres découvertes littéraires ! Alors pour ne pas déroger aux bonnes habitudes malgré le confinement, La Géosphère vous propose de participer à un cercle de lecture en visioconférence.

Pour cette fois, il n’y aura ni thématique imposée, ni liste bibliographique : nous échangerons simplement sur nos bonnes lectures du moment.

Installez vos écrans, préparez votre pile de livres, n’oubliez pas la tasse de thé ou le verre de limonade et… c’est parti !

❗ Inscriptions limitées à 10 personnes. Réservation uniquement par mail (librairiegeosphere@gmail.com). Les détails pratiques vous seront transmis par retour de mail.