Comment Devenir Proprietaire d'un Supermarche sur Une..
EAN13
9782369560500
ISBN
978-2-36956-050-0
Éditeur
Intervalles
Date de publication
Nombre de pages
159
Dimensions
19 x 12 x 1 cm
Poids
175 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Comment Devenir Proprietaire d'un Supermarche sur Une..

De

Traduit par

Intervalles

Offres

Un journaliste d’une petite ville de Nouvelle-Zélande fait naufrage et échoue sur une île déserte au milieu du Pacifique. Très vite, ce Robinson du XXIe siècle voit dans cette péripétie l’occasion rêvée de donner libre cours à ses aspirations profondes. Mû autant par l’obsession de la réussite que par une naïveté à toute épreuve, déterminé à atteindre à tout prix le bonheur et la reconnaissance, il décide d’édifier… un supermarché.
Une comédie désopilante sur les ambitions et les désirs au XXIe siècle. Un roman sur la solitude, la vanité, et surtout sur les illusions après lesquelles nous courons tous.

En transposant dans le temps et dans l’espace le Robinson de Daniel Defoe, Dimitris Sotakis revisite les valeurs idéologiques, sociales et esthétiques de Robinson Crusoé, proposant une version particulièrement subversive de ce mythe littéraire.
Actant en quelque sorte le passage de l’homo economicus à l’homo consumptor, s’appuyant aussi sur une lecture originale de Vendredi ou les limbes du Pacifique de Michel Tournier ou encore de Robur le Conquérant de Jules Verne, Sotakis compose une fable hilarante et profonde à la fois où l’absurde le dispute au réalisme.
Ce n’est plus la survie mais la créativité et le besoin de reconnaissance qui guident le personnage de Sotakis. Celui-ci n’arrive pas sur son île déserte avec les outils de sa civilisation comme chez Defoe mais avec une mentalité, des conceptions, et des modèles qui sont ceux de la société de consommation moderne. L’auteur s’amuse aussi à jouer avec bon nombre de topoï littéraires et de conventions narratives, au point qu’on peut aussi voir dans cette fable un questionnement drôle et subtil sur l’ambition de l’écrivain lui-même.
Finalement, la recherche du bonheur ne nous fait-elle pas courir les plus grands dangers qui soient ?
S'identifier pour envoyer des commentaires.