Conseils de lecture

Mylène Mouton

Le Rouergue

14,50
par (Libraire)
11 mars 2022

Sensations fortes et dépaysement !

🦍 Au fin fond du Dolpang, petit territoire (fictif !) aux confins du Dolpo et du Mustang, les humains et les migoïs – abominables gorilles des montagnes – ne se côtoient jamais, sous peine de voir couler le sang des uns et des autres. Et pourtant, c'est bien pour traquer Chanah, une migoï gigantesque, que le jeune Tao va se risquer au-delà de la rivière. Malgré les dangers encourus et la peur qui le tenaille, cet apprenti moine-danseur s'est mis en tête de sauver une jeune fille des griffes de Chanah, qui l'a enlevée. Et pas n'importe quelle jeune fille : il s'agit tout de même de la Kumari, qui représente l'incarnation vivante et inapprochable de la déesse Kali !
🦍 Nous lecteurs·trices pressentons que l'immense migoï n'a pas un mauvais fond, car certaines pages dévoilent ce qui se passe dans sa grosse tête de primate sauvage. S'il est parfois difficile d'aller au-delà des apparences, les faits prouvent que cela en vaut souvent la peine...
🦍 Tour à tour aux côtés de l'audacieux Tao, de l'inébranlable Kumari et de la déroutante Chanah, nous sommes happé·e·s dans une aventure de haut vol, sur les pentes d'un Himalaya majestueux et sans concession. À mettre entre les mains des 12-14 ans amateurs de sensations fortes... et de dépaysement !


17,00
par (Libraire)
5 mars 2022

Humour noir sur le Continent blanc

82° 06' S, 54° 58' E, 1961
Quelque part dans l'immensité du Continent blanc, au point le plus éloigné des côtes, se déroule le roman "Antarctique".
❄️ Dans ces hauteurs longtemps impossibles à cartographier sévit le climat le plus froid du globe. C'est dans cette région, autrement dénommée "Pôle d'inaccessibilité", que cohabitent tant bien que mal cinq hommes : un tractoriste, un géologue, un glaciologue, un mécanicien et un botaniste. Tous ont un rôle à jouer dans la station de recherche scientifique soviétique et fictive de Daleko. Mais encore faudrait-il être équipé pour mener à bien les missions confiées. En pratique, c'est la supériorité du Parti qu'il est indispensable d’assoir et cela requiert la présence de cinq hommes à temps plein dans cet enfer glacé. Évidemment !
🪓 L'intrigue de ce polar est d'entrée de jeu énoncée : à la suite d'une partie d’échec qui tourne mal, un homme en tue un autre d'un coup de hache. Incapable de trancher entre préméditation ou accident, l'équipe voit son morne quotidien se troubler et son équilibre, déjà précaire, vaciller.
❄️ Ce huis-clos tendu interroge la nature de l'acte criminel et le vaste éventail des formes de justice possibles. Bien que peu en lien avec la triste actualité, ce roman surprenant met en cause avec sarcasme le bien-fondé de certaines décisions entérinées par le gouvernement russe... Et c'est avec brio que l'auteur mêle absurdité et humour – un humour aussi noir que ce continent est blanc !


Inculte-Dernière Marge

12,90
par (Libraire)
25 février 2022

Trouble, documenté et hypnotique, qui flirte habilement avec le fantastique

Ce court roman brodé à quatre mains a la texture opaque et inquiétante d'un rêve qui s'échappe ; la couleur insondable d'une eau bordée de cimes, contenue par du béton - « Seyvoz, un mur de fiction qui retient un lac d’artifice ».
⚡️Deux autrices ont lissé leur plume et accordé leur rythme - effréné, à bout de souffle. L'une raconte à l'hyper-présent le court séjour de Tomi Motz, ingénieur taiseux, sur le barrage de Seyvoz afin d'en contrôler l'installation électrique. L'autre lointaine et lacunaire s'élève depuis les années 50. Elle dit la sidération d'un village de montagne sur le point d'être englouti ; l'onde de choc chez les Brax, les Colevert, les Guillermoz, les Michelis - chapelets de noms à l'espace généalogique déjà presque noyé. Par bribes, elle raconte la stupeur muette des cloches qui surplombent le cimetière qu'on exhume et transfère, l'eldorado alpin de ces ouvriers portugais, ceux-là pour qui le mur se fera sarcophage. Chronique d'une catastrophe annoncée - pendant ce temps Tomi suffoque, s'électrocute, perd pied au contact de ce passé qui suinte hors des murs bétonnés.
⚡️Un roman trouble, documenté et hypnotique, qui flirte habilement avec le fantastique . Un coup de maitre(sses) pour une écriture collective de très (très) haut vol !


Gerd Brantenberg

Zulma

22,00
par (Libraire)
18 février 2022

Messieurs, que diriez-vous de porter un soutien-verge ?

Oui, vous avez bien lu ! Un soutien-verge ! C'est l'accessoire oppressif par excellence dont les masculinistes d'Égalie rêvent de se débarrasser. Car Égalie, c'est le pays où les femmes sont dominantes et ce, depuis la nuit des temps. Ainsi, ce sont elles qui deviennent marines-pêcheuses, pendant que leurs époux éplorés scrutent l'horizon en espérant voir leurs navires de retour. Ce sont aussi elles qui occupent les postes à responsabilité, tandis que leurs conjoints assurent l'éducation des enfants et prennent le temps de friser leur barbe à coups de bigoudis en fredonnant "la célèbre ballade du jeune vierge Raipuce à la longue longue barbe" (enfermé dans une haute tour, vous savez ?) Et ce sont les femmes, encore elles, qui dominent les ébats sous la couette, décident si leur homme doit ou non prendre la pilule et, quand leur désir sexuel est trop fort, ce sont elles, évidemment, qui violent les pauvres victimes masculines sans défense.
✊ On rirait à gorge déployée si l'on n'y voyait pas, en miroir, un reflet étonnamment fidèle des dérives #sexistes que nous connaissons tou·te·s. Le tour de force de Gerd Brantenberg, c'est d'avoir poussé l'inventivité jusqu'à traquer dans la langue tous ces acquis dans lesquels "le masculin l'emporte". Ainsi, en Égalie, quand le soleil brille, "elle fait beau" et quand "les gentes" jurent, elles s'exclament "qu'est-ce que j'en ai à cypriner ?!" Rien que pour ça, on aimerait apprendre le norvégien, pour pouvoir lire ce roman jubilatoire en version originale. Et dire qu'il aura fallu attendre... 45 ans pour pouvoir le lire en français !


22,00
par (Libraire)
18 février 2022

Coup de coeur coup de poing

[Coup de 🔥 du vendredi] Et aujourd'hui, c'est Juliette qui prend la plume !
🧡 Cela ne vous aura pas échappé, la Saint-Valentin approche à grands pas – soit l’occasion parfaite (ou presque...) de vous présenter le second roman de Mariama Bâ.
❤ La Passion amoureuse, la vraie, est le point de départ d' "Un chant écarlate" : celle que partagent Mireille de La Vallée et le jeune Ousmane Guèye. Elle étant la fille d'un riche diplomate français installé au #Sénégal, lui issu d'une famille pauvre de Dakar.
💛 Tels des Roméo et Juliette subsahariens, au sein d'une société qui abhorre les relations dites "mixtes", les deux #adolescents sont contraints de vivre cachés leur première histoire d'amour. Comment étouffer ce bonheur extatique et le désir ardent qui accompagnent les premiers émois ? Avec difficulté. Les deux amants sont découverts, Mireille renvoyée en France. Face au manque, ils se battent et promettent qu'à leur majorité, leur union sera enfin reconnue par les liens indéfectibles du mariage.
🖤 Amour scellé sur fond de révolte soixante-huitarde, ce texte déroutant nous parle d'amour et de racisme. Celui, bien sûr, subi par Ousmane, ostracisé dans son propre pays ; celui subi par Mireille, "tubaab" étrangère aux conventions de la famille du marié.
Pionnière de la littérature féministe sur le continent africain, Mariama Bâ interroge indifféremment les étouffantes conditions de vie des femmes sénégalaises et françaises, et dissèque les mécanismes de pression subis par les jeunes garçons qui participent, presque malgré eux, au sexisme latent dans nos sociétés. De la morsure du coup de foudre aux tourments de la vie à deux, sans oublier le temps qui inexorablement file et éloigne (parfois), mais rapproche à d'autres âges – Bâ décortique avec justesse le sentiment le plus universel.
❤ Ne résistez pas à la suavité politique de cette romance venue de loin !
📚🔥📚💛📚🔥📚
Un chant écarlate, Mariama Bâ, Les Prouesses (22€)