Conseils de lecture

20,50
par (Libraire)
21 mai 2021

Confession d'un touriste à temps plus que partiel

🗺 Que vous soyez baroudeur de nature, baladeur urbain, ou aventurier de canapé, voici un recueil d'instantanés de voyages qui risquent fort de vous amouracher de ce genre littéraire !
🗺 Julien Blanc-Gras, Gapençais bourlingueur et journaliste de profession, nous embarque pour un tour du monde résolument joyeux, placé sous le signe de l'incongru. Sa plume féroce, volontiers ironique mais jamais pontifiante nous tire le portrait d'une planète peuplée d'êtres étonnants - et fait résonner la gouaille d'un écrivain qu'on adopterait bien en compagnon de route.
🗺 Éconduit par une princesse, torturé par un prêtre shintoïste, hanté par des varans, adoubé par le fils du roi de l'afrobeat (Seun Anikulapo Kuti !), ce reporter un peu spécial se laisse guider par sa curiosité sans borne. Son allant nous décoiffe, nous embarque, nous esclaffe. Et cette lecture roule notre bosse tout en faisant du bien.
🗺🗺🗺
Envoyé un peu spécial, Julien Blanc-Gras (20,50 , Editions Stock)


Comprendre la mécanique de la haine pour mieux s'en préserver

Casterman

16,00
par (Libraire)
14 mai 2021

À mettre entre toutes les mains !

Voyager, c'est aimer aller à la rencontre de l'Autre – avec un grand A, oui ! Car l'Autre ne nous ressemble pas, souvent nous ouvre des horizons, parfois nous déroute, toujours nous enrichit – et ce A majuscule dit tout le respect que l'Autre nous inspire. D'ailleurs, que le monde serait tristoune, si nous étions tous identiques, sans la présence de l'Autre !
Toutes ces différences fécondes, pourtant, peuvent engendrer de la méfiance, du rejet, voire de la haine. "Comment devient-on raciste ?" Vaste question, sujet délicat, objet de perplexité. Confronté au racisme dans sa vie quotidienne, l'auteur de BD Ismaël Méziane nous raconte son incompréhension, son chagrin, sa colère. Pour mettre en perspective son vécu personnel et tenter de "comprendre la mécanique de la haine", il dialogue avec Carole Reynaud-Paligot, historienne, et Evelyne Heyer, anthropologue. Ainsi, sa BD aux couleurs étonnamment tendres développe une réflexion solide et édifiante, ponctuée de traits d'humour inattendus, comme autant de respirations au cœur d'un sujet difficile et tristement d'actualité. Cette BD si réussie, on voudrait pouvoir la mettre entre toutes les mains, dès 12-13 ans !


Dubravka Ugrešic

Christian Bourgois

23,50
par (Libraire)
7 mai 2021

Il ne serait pas un peu magique ce bouquin ?!

Au premier abord elles passent inaperçues. Des ombres à la lisière de nos vies, parce qu'on les imagine déjà au royaume des morts. Au départ elles passent inaperçues, fripées, rabougries, perclues de douleurs, enlisées dans leurs éternelles complaintes. Dubravka Ugrešić, elle, décide de leur tisser un somptueux et désopilant hommage littéraire, à la mesure de leur sagesse et de leur grain de folie.
Mais de qui parle-t-on ? On parle de vieilles, mégères ou harpies, croqueuses d'hommes et mangeuses d'enfants, veuves agaçantes et grand-mères attendrichiantes. Dans ce roman polymorphe, cette autrice en exil raconte le grand âge au féminin, retricote et dépoussière le mythe slave de Baba-Yaga. Elle met en scène avec brio un trio de vieilles sorcières en goguette dans un hôtel de luxe, et sa plume incisive dit la tendresse et l'amour qu'on doit porter à ses chères âmes mal-aimées, et à qui l'on doit tant.
Drôle, touchant, fin, poétique, surprenant, féministe, érudit, hilarant, foisonnant et subtil...


André MAROIS

Le Mot et le reste

15,00
par (Libraire)
29 avril 2021

Une rasade d'humour noir à la sauce québécoise !

Mandeville, petit village sans histoires au fin fond du Québec... Et c'est bien ça, le hic : que le village soit sans histoires ! Car les touristes ne viennent plus, et les commerçants locaux commencent à se faire du souci pour leurs affaires. Jusqu'au jour où l'on découvre un petit délinquant... assassiné ! D'un coup, le village se retrouve sous le feu des projecteurs. Voilà qui fait les affaires des commerçants au bord de la faillite ! À tel point que l'un des habitants se dit qu'il ne faudrait pas que toute cette histoire retombe comme un soufflé. Soyons pragmatiques, pense-t-il : ce qu'il faut à Mandeville pour continuer d'attirer les curieux, eh bien c'est plus de crimes ! "Bienvenue à Meurtreville" est une petite pépite d'humour noir, une parodie de polar ni très morale, ni franchement politiquement correcte – et c'est justement ça, qui est jubilatoire ! Et puis le second degré, ça n'a jamais tué personne, pas vrai ?


19,00
par (Libraire)
23 avril 2021

Un tour de force !

Un charnier, vous en conviendrez, c'est moyennement vendeur. Mais c'est pourtant là que réside le tour de force de Taina Tervonen. Dix ans durant, cette journaliste va suivre le travail herculéen de Senem, anthropologue judiciaire et Darija, enquêtrice. En Bosnie-Herzégovine, pays hanté par les guerres des Balkans, l'une est chargée de chapeauter les fouilles et d'identifier les ossements humains retrouvés dans des charniers, tandis que l'autre, responsable des vivants, se rend dans les familles des disparus prélever leur ADN et consigner leurs histoires.
"De ce qui se passe au moment où la terre s’ouvre pour laisser remonter le passé, je ne savais rien". Et nous non plus. Alors on découvre avec elle. "Un charnier ce n'est pas une idée. Un charnier c'est du boulot." C'est une équipe d'archéologues, une valse de légistes, un tourbillon de parents endeuillés, des litrons de café et des kilos de bonne volonté et d'ingéniosité pour palier le cruel manque d'investissement public. Le tour de force, donc, le voilà : nous ouvrir les yeux avec sensibilité et sans sinistrose aucune sur le caractère concret et puissamment humain d'une réalité qui nous rebute - celle des massacres de masse, et de ce qu'il se passe quand la guerre laisse ressurgir ses traces à la surface de la terre. Faites-nous confiance, attrapez la main tendue de cette journaliste qui nous guide avec rythme et finesse sur le chemin de la paix.