Quelques-uns de nos coups de cœur de la rentrée littéraire 2020

Roman, République Dominicaine
Les Tentacules, Rita Indiana, 2020, éditions Rue de l’échiquier, 17€

🐙 Sûrement que son nom ne vous dit rien, mais Rita Indiana est une star sous le soleil des Caraïbes ! Chanteuse, compositrice, icône de la communauté queer, elle nous plonge avec Les Tentacules dans une fiction protéiforme qui dresse le portrait au vitriol de l’Histoire caribéenne.
🐙 Placées sous l’égide de maître Shakespeare, Les Tentacules nous propulsent d’emblée en 2027 dans une République Dominicaine transfigurée par les catastrophes climatiques, l’hyper-surveillance technologique et la misère, sous le joug bien entendu d’une dictature implacable. On suit le parcours d’Acilde, une « pédale » qui se prostitue, amassant le pactole afin de se payer une dose de Rainbow Bright, substance illicite qui permet de changer de sexe. Elle rencontrera sur son chemin une vieille sorcière prêtresse de la Santeria (religion originaire de Cuba dérivée de la religion yoruba) et une anémone mystérieuse qui feront basculer sa vie.
🐙 Pendant ce temps-là, dans les années 1990, un couple de mécènes plus ou moins véreux chapeautent l’organisation d’une action culturelle, artistique et sociale dans le but avoué de construire un laboratoire préservant ce qu’il reste de la barrière de corail. Argenis, un artiste raté (donc parfaitement cynique), fait partie du programme. Lors d’une plongée il se frotte d’un peu trop près à… une anémone (!) et va commencer à réaliser qu’il habite simultanément deux mondes : le sien, et celui du XVIIe siècle, où il fait de la contrebande avec des flibustiers pourchassés par les Espagnols. Hallucinations, sorcellerie ou voyage temporel ?
🐙 Une narration gigogne et parfaitement maîtrisée qui part à l’abordage de sujets aussi brûlants que l’identité sexuelle, les inégalités sociales, la (dé)colonisation et les enjeux environnementaux. Un patchwork survitaminé qui fait se côtoyer Abba et Goya, divinités de la Santeria et intelligence artificielle. Alors, êtes-vous prêt.e.s à tourbillonner ?

Roman, forêt
Le Sanctuaire, Laurine Roux, 2020, éditions du Sonneur, 16€

🌳 Cela ressemblerait presque à un doux roman de retour à la nature : il y a Papa, Maman et leurs deux filles, installés dans une cabane au fin fond d’une forêt grandiose. Sauf qu’il n’y a plus personne alentour. Sauf qu’il faut survivre de la chasse, de la cueillette, et des rapines du père dans les ruines du monde d’avant. Sauf qu’il faut tuer le moindre oiseau pour éviter d’attraper la terrible maladie qu’ils véhiculent et qui a causé la perte du reste de l’humanité.
🌳 Gemma, la narratrice, est née dans cet environnement sauvage, dont l’hostilité lui est familière. Quoique son père ait fait d’elle une chasseuse hors pair, parfaitement adaptée à la forêt, il ne peut l’empêcher de rêver à ce monde d’avant que la mère évoque dans des monologues au goût de miel et de nostalgie. Entrer dans l’adolescence, pour les deux sœurs, c’est – malgré elles, malgré leur père – aspirer à outrepasser les limites de ce sanctuaire préservé. C’est aller au-devant de dangers, de falaises, d’intrus ; autant d’éléments inconnus qui, s’ils ne leur coûtent pas la vie, les feront grandir et changer à jamais.
🌳 Roman plein d’une grâce mélancolique, parfois ténébreuse, Le Sanctuaire est une de ces pépites que vous lisez d’une traite, tiraillé.e entre l’urgence d’avaler ce délice et la retenue nécessaire à en savourer chaque phrase. Car l’écriture de Laurine Roux est une pure merveille, parsemée de trouvailles poétiques comme autant d’envolées d’oiseaux et de colliers de rosée.

Roman, montagne
La Géante, Laurence Vilaine, 2020, éditions Zulma, 17,50€

La Géante n’a pas besoin de mots. La Géante est humble, sans fioriture, sans mièvrerie et le risque d’une critique serait de plomber ce roman fulgurant de formules trop lourdes à endosser.
🧡 Car si La Géante ne raconte pas grand-chose, une intense poésie s’exhale de ses pages. Une poésie simple et juste, qui nous attache aux pas d’une femme, rythmés, à flanc de montagne.
🧡 Car de femme il est question. De femmes et de montagne. Deux femmes, un homme et l’ombre imposante de la montagne pour être précis. Lui a choisi de vivre sa maladie isolé dans ce village. L’une l’accueille, taiseuse, et garde pour elle le courrier qu’il n’ouvre pas. L’autre sillonne le monde et l’attend, le cherche au détour des rues, le débusque dans ses rêves. Elle l’aime et lui écrit.
🧡 Car La Géante nous dit l’amour. L’amour et le soleil, dont les éclats aveuglent. L’amour et la lâcheté, tout ce qui fait la vie en somme. L’amour et la nature, la montagne surtout. Ces montagnes imposantes, écrasantes parfois ; celles qu’on ne quitte jamais ; celles qu’on se construit aussi, infranchissables à soi-même.
Un mot de plus serait de trop : offrez-vous une balade en fond de vallée, rencontrez La Géante.

Roman, Nouvelle-Zélande
Le Patriarche, Witi Ihimaera, 2020, éditions Au vent des îles, 21€

🐑 Cap aux antipodes ! Les éditions tahitiennes Au vent des îles nous offrent l’immense et indicible bonheur de traduire en français l’écrivain maori Witi Ihimaera. Après Faux-semblant, court roman intimiste mettant en scène une chamane maorie aux prises avec la société pakeha (blanche), voici donc Le Patriarche, splendide saga familiale au rythme endiablé.
🐑 Nous sommes dans la Nouvelle-Zélande des années 1950, au sein d’une famille maorie chrétienne qui a fait fortune dans le business de la tonte des moutons. Le narrateur, un jeune ado, peine à trouver sa place parmi ses neuf frères et sœurs, d’autant qu’il est… le mouton noir aux yeux de son tyrannique grand-père. Loin des cartes postales, on suit dans ce roman le quotidien mouvementé de cette pétulante famille qui se confesse aussi bien à la messe que face à leur aïeul aux sentences indiscutables. Ce patriarche régente les siens avec une poigne digne d’un mafioso sicilien, faisant régner la terreur jusque dans la famille rivale. C’en est trop pour la jeune génération, qui aspire à danser le rock’n’oll, flirter dans les salles de cinéma et sortir en ville faire du shopping. Mais comment se rebeller face à une telle personnalité ?
🐑 Entre coups de gueule et secrets de famille, concours de danse et compétition de tonte, Le Patriarche vous procure une intense évasion, un très savoureux moment de lecture sur un rythme endiablé !