Les pages blanches de la détresse

Gary Victor

Philippe Rey

  • Conseillé par (Libraire)
    29 juin 2024

    C'est toute sa rage que Gary Victor déverse dans ce roman, enquête policière haletante sur l'origine d’une nouvelle dope qui inonde l’île autant que plongée sans fard au sein d’une population otage au bord du gouffre.

    🇭🇹 À Port-au-Prince, quitté par sa femme, victime du syndrome de la page blanche, le célèbre romancier Carl Vausier aurait pu, dans un autre pays, s’en remettre à la chimie pharmaceutique pour assommer la dépression naissante.
    🇭🇹 Auteur respecté, se tenant à bonne distance du maelström politique, propriétaire de sa maison, sa jeune maîtresse passant égayer son quotidien de temps à autre, tout participait au maintien d’un semblant de vie normale. Mais ce sentiment de sécurité s’effondre le jour où un dénommé Milcent, énigmatique borgne proche du plus belliqueux des chefs de gangs, frappe à sa porte, lui réclamant son globe oculaire manquant.
    🇭🇹 Curieuse coïncidence que ce Milcent borgne...Car l'écrivain a inventé, dans l'une de ses nouvelles, un personnage énucléé...Un texte à la fin baclée dont il n'était pas très fier... Se pourrait-il que la fiction fasse incursion dans sa réalité ? Carl Vausier se retrouve pris pour cible du gang de Racine Carée. Le voilà donc en cavale, comme des milliers de ses concitoyens, errant dans le cauchemar éveillé des victimes des groupes armés qui tiennent la capitale haïtienne. Une nouvelle drogue énigmatique parmi les classes dirigeantes, une jeune accouchée kidnappée avec son nourrisson, un pasteur deale des flingues entre deux sermons, une mère désespérée tente la magie noire, un agent américain peu discret cherche à comprendre son étrange ordre de mission (des feuilles blanches), un chef de gang psychopathe se rêve rappeur révolutionnaire, un commissaire alcoolique mais perspicace : l’écrivain est entraîné dans un tourbillon de mésaventures qui pourraient paraître ubuesques à qui ne connaît pas la situation cataclysmique d'Haïti. Privée d'elections depuis 2016, l’île est sous état d'urgence, les établissement de police, les citoyens se font descendre en masse par des gangs armés par des politiciens véreux à la solde des nations unies.