Potens, thriller

Ingrid Desjours

Plon

  • par
    31 août 2010

    Potens

    Je suis sans voix, j'ai eu beau laisser tomber la pression pendant 24 heures après avoir fini ma lecture: rien n'y fait. J'ai des bleus partout, surtout à l'âme...

    Que dire, c'est tout simplement énorme. Déjà Echo m'avait emballée, Potens est encore une pointure au-dessus: oui, ENORME!

    L'enquête d'abord qui est compliquée à loisir. Qui est menée tambour battant et nous induit en erreur de chapitre en chapitre. Ingrid Desjours nous manipule comme elle veut en nous faisant évoluer au sein de ce groupe de surdoués: Potens. Car tous peuvent être le meurtrier idéal, tous ont un grief à reprocher à la victime. Et surtout tous ont les capacités intellectuelles pour falsifier la réalité, modifier les preuves, dénoncer subtilement le "copain", défendre "l'ami". Bref, un vrai panier de crabes dans lequel nous plonge l'auteur!
    La morale est secouée également car la victime est tellement chargée que, malgré son meurtre ignoble dès le premier chapitre, on n'éprouve aucune pitié, aucune compassion pour cette femme aussi manipulatrice que les autres, voire plus.

    Mais là où l'auteur fait très fort, c'est que même ce côté enquête passionnant devient secondaire tant elle fait la part belle à ses deux personnages principaux!
    La brillante et so sexy criminologue, Garance Hermosa se dévoile de plus en plus. Son passé tente de ressurgir malgré toutes les barrières qu'elle a érigé depuis toute petite. Garance arrive petit à petit à relâcher la bride. Elle apparaît plus humaine, moins joueuse avec les sentiments des autres comme dans Echo. On comprend au fil des pages tout ce qu'elle a enduré gamine, alors on pardonne, on a vraiment envie qu'elle y arrive. Mais c'est sans compter sur le côté machiavélique d'Ingrid Desjours!
    Quant à Patrick Vivier, ce cher commandant avec sa belle voix grave, j'avais déjà eu un gros faible pour lui... inutile de vous dire que cela ne s'est pas arrangé! Pauvre Patrick, Ingrid vous êtes sans coeur!

    Et cette fin, déroutante, qui reste à prouver, qui reste en point d'interrogation même si...
    On a passé tout le livre à démonter, déboulonner, décortiquer et éclairer favorablement tout ce qui pouvait peser contre ce personnage!!!
    Mince alors, je me suis encore faite rouler dans la farine.

    Mais comme j'aime ça, et aussi comme ce n'est pas encore ce coup-ci qu'ils furent heureux et eurent beaucoup d'enfants...et bien je serai au rendez-vous pour le suivant!