Les coups de cœur de Magali

Roman
À ce point de folie, Franzobel, traduit de l’allemand (Autriche) par Olivier Mannoni (Flammarion, 2018)
Avant d’être un radeau de triste réputation, La Méduse était une fière frégate qui, en 1816, devait naviguer jusqu’au Sénégal. Sauf que le capitaine n’avait pas mis les pieds sur un bateau depuis un quart de siècle… Et ce qui devait arriver arriva : la fière frégate fit naufrage. Le fameux radeau accueillit 150 personnes, dont seules 15 en réchappèrent, grâce à des pratiques anthropophages qui firent scandale à l’époque et restent troublantes aujourd’hui.
On a beau connaître toute cette histoire, du moins dans ses grandes lignes, Franzobel réussit le tour de force de nous tenir en haleine pendant quelque 500 pages. Et il arrive même à nous faire rire, parsemant son roman d’anachronismes et de détails cocasses. Pourtant, toute cette histoire n’est pas amusante… Il s’agit ici de la folie humaine, et pas seulement celle qui pousse à dévorer des cadavres, mais aussi celle qui rend l’ambition et les hiérarchies plus importantes que la compassion et la solidarité. Un roman exceptionnel, dans une traduction absolument remarquable.

Beau-livre
Éthiopie, Éric Lafforgue (Elytis, 2018)
Éric Lafforgue ne prend pas de simples photos : il capte les regards. Dévoile les personnalités. Plonge au cœur de mondes oubliés. L’Éthiopie qu’il nous donne à voir est celle des gens qui la peuplent, avec leurs parures ancestrales, ponctuées d’accessoires « made in China » ; leurs corps nus soulignés de peintures et scarifications comme autant d’œuvres vivantes ; et surtout leurs incroyables cérémonies comme le « Kael », lors duquel les hommes bodis doivent grossir le plus possible pour attirer sur eux admiration et mariages heureux. Fabuleux !

Roman
Avec un peu de chance, Julianne Pachico, traduit de l’anglais (États-Unis) par Séverine Weiss (Plon, 2018)
Voici un superbe roman polyphonique et déroutant. Chaque chapitre étant centré sur un personnage différent, trouver ce qui les lie relève parfois du jeu de piste de haut vol !
L’écriture de Julianne Pacchico, incroyablement inventive, retranscrit avec vivacité le terrible chaos d’un pays sous l’emprise des narcotrafiquants. Et cette jeune auteure américaine n’hésite pas à manier un humour un peu grinçant, ce qui ne gâche rien ! Brillant !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s