Coups de cœur du moment

Récit
Revenir, Jean-Luc Raharimanana (Rivages, 2018)
Véritable patchwork littéraire, Revenir effectue de multiples va-et-vient dans le temps et l’espace. Il y a l’enfance, que l’auteur a passée dans un Madagascar fraîchement indépendant, aux côtés de parents engagés qui, entre autres, organisaient dans leur quartier des projections de westerns et de Charlie Chaplin. Il y a aussi, plus tard, de nombreux voyages en Afrique et en Europe, qui donnent lieu, par exemple, à un témoignage frappant sur le génocide rwandais. Et il y a encore les rivages mystérieux de l’amour, qui inspirent à Raharimanana des pages d’une poésie presque abstraite. Ce récit autobiographique écrit à la troisième personne évoque, quasiment pêle-mêle, l’importance des figures parentales, les paradoxes de la « malgachisation », les tabous (fady) de la Grande Île, souvent liés à d’incroyables mythes, et tous ces moments de douleur et de lumière qui forgent l’enfance. On sent le rouge de la terre et le vert des rizières dans ce texte qui en dit long sur l’histoire de Madagascar.

Jeunesse
Neigeline, texte de Li Lamarre, illustrations d’Odile Santi (éditions Courtes et Longues, 2018)
Vous en avez assez de la neige et du froid ? Peut-être, mais cela ne vous empêchera pas de tomber sous le charme de cette petite boule de neige avide d’aventures et d’horizons nouveaux ! Elle roule en bas de sa montagne et, les jours passant, découvre des animaux tout aussi curieux qu’elle, lagopède ou marmotte, tandis que la nature s’éveille, peu à peu, sous un soleil qui incite crocus et gentianes à parsemer la prairie de leurs couleurs éclatantes. La fin de l’histoire, vous la pressentez, mais n’ayez crainte : elle est très douce, très sereine, et peut amener les enfants à vous poser ces fabuleuses questions existentielles dont ils ont le secret. Des images magnifiques, dignes d’ouvrages naturalistes, soulignées par un texte tout simple et très juste.
À partir de 4 ans

Bande dessinée
Rotterdam, un séjour à fleur d’eau, Emmanuel Lemaire (Delcourt, 2016)
Il fallait l’oser, Emmanuel Lemaire l’a fait : présenter en bande dessinée une ville dont peu de monde vante la beauté. Nous avons nommé Rotterdam ! Amené par le travail de sa compagne à y passer quelques mois, l’auteur se prend au jeu de raconter son séjour entre polders, vélos et tulipes. Le trait noir sur blanc, plein de vivacité, et l’humour avec lequel il présente cette ville et les gens qu’il y rencontre, font de cette bande dessinée une lecture aussi agréable que dépaysante. Une première étape avant de vous envoler voir tout cela de vos propres yeux ? À la belle saison, sachez-le, il y a des vols directs depuis Montpellier…
Quelques pages à feuilleter en ligne ici >>

Retrouvez tous les coups de cœur de La Géosphère en suivant ce lien >>

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s